Si le tabagisme est l’un des principaux maux sanitaires de nos sociétés modernes, les avis pour réduire celui-ci sont divergents. Les réponses de certains gouvernements furent claires et sans appel, avec une augmentation des taxes sur les paquets de cigarette, entraînant des hausses drastiques des prix et, bon an, mal an, des baisses de la consommation. Cela ne peut cependant pas être la seule solution. D’abord, parce qu’elle cible de manière disproportionnée les fumeurs les plus précaires. Ensuite, parce qu’un problème aussi vaste que celui du tabagisme ne saurait être traité d’une seule manière. Toute solution efficace se déclinera en plusieurs volets, offrant plusieurs approches complémentaires.

Comment remédier au problème du tabagisme ?

Dans ce contexte, une possibilité très intéressante est celle offerte par les cigarettes électroniques. Nouvelles venues, elles promettent de réduire considérablement la dépendance au tabac « classique » tout en diminuant les risques sanitaires pour ceux qui les utilisent. Qu’en est-il vraiment ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ces cigarettes de nouvelle génération ? Et comment s’y prendre si l’on souhaite les utiliser ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

Les cigarettes électroniques : qu’est-ce que c’est ?

Commençons d’abord par clarifier l’objet de notre discussion. Les cigarettes électroniques sont des outils générant une vapeur, aromatisée ou non. Cette dernière est à l’origine d’un autre nom des « e-cigarettes » : les vapoteuses. Ce sont également ces petits nuages de particules blanches qui font penser à la fumée produite par la consommation traditionnelle de tabac, même lorsque les deux procédés montrent des divergences claires. Les cigarettes électroniques se présentent souvent sous la forme de kits réutilisables incluant batterie, réservoir de liquide et diffuseur de vapeur, permettant sur certains modèles de changer d’arôme sans devoir à chaque fois se procurer une nouvelle cigarette.

Apparues au début des années 2000, ces vapoteuses apportent avec elle la promesse d’aider au sevrage des fumeurs. En effet, elles pourraient être utilisées au même titre que les gommes à mâcher ou les patchs parfois appliqués pour procurer une dose de nicotine aux fumeurs en quête d’alternatives pour se sortir du cycle de la dépendance. Puisque les cigarettes électroniques ne contiennent pas de tabac brûlé, elles ne génèrent donc pas de monoxyde de carbone, et encore moins de goudron, deux des conséquences les plus nocives du tabagisme. Ainsi, cette approche permettrait de limiter les risques sanitaires les plus importants tout en proposant une transition en douceur pour les fumeurs cherchant à changer leurs habitudes.

Face à une offre très diverse, comme sélectionner sa cigarette électronique ?

Une fois que nous avons clarifié ces quelques définitions, comment se repérer parmi la multitude de modèles disponibles ? On peut d’abord distinguer les différents formats proposés :

  • Les formats box ;
  • Les formats tube ;
  • Les formats pod.

Ce sont ainsi les modèles les plus répandus. La différence principale entre eux ? Essentiellement celle du volume et de l’autonomie. Par exemple, les cigarettes électroniques au format box sont d’assez loin les plus massives sur le marché, en contrepartie de quoi, elles offrent une batterie dont la durée de vie sera bien supérieure à celle de la concurrence, voire un boîtier contenant des piles.

Les vapoteuses au format pod, quant à elles, privilégient la maniabilité avant tout. Ces petits modèles de nouvelle génération seront bien plus faciles à ranger, car prenant très peu de place dans les poches ou entre les mains de leurs utilisateurs. Revers de la médaille : ces modèles auront assez peu de puissance, diffusant peu de vapeur en conséquence et auront par ailleurs une faible autonomie.

Entre ces deux types de cigarettes électroniques, on retrouve celles au format tube, qui seront parfois les plus « classiques », avec des réservoirs de liquide facilement interchangeables et un assez bon compromis entre puissance, autonomie et maniabilité.

Comment faire le bon choix de cigarette électronique ?

Une fois ce rapide panorama parcouru, le lecteur pourrait se demander ce que cela change, au fond. Est-on face à de simples choix de consommation ? Les e-cigarettes se sélectionneraient-elles uniquement en fonction de leurs goûts, comme des bonbons un peu plus chers que la moyenne ? Il est évident que non. En effet, le vapotage doit avant tout être vu comme un moyen de quitter en douceur le tabagisme traditionnel.

Pour être plus clair, et au risque de nous répéter : il est déconseillé de commencer à vapoter si on n’est pas un fumeur. Cette pratique est donc transitoire et le type de modèle de cigarette électronique que l’on choisit doit être en lien avec la situation dans laquelle le futur vapoteur se trouve. S’il est un fumeur invétéré, alors il devra probablement opter, au moins au début, pour les modèles plus massifs qui lui permettront de mieux gérer la phase de transition vers une consommation moins intensive de nicotine.

En revanche, des clients moins expérimentés, chez qui la dépendance au tabac classique serait moins ancrée, pourront dès le début de leur parcours avoir recours à des modèles moins imposants. Il sera ainsi important d’éviter de succomber aux tendances qui feraient de l’utilisation des cigarettes électroniques un simple jeu dont le but serait notamment d’impressionner ses camarades en consommant et relâchant le plus de fumée possible. Pour un fumeur débutant, utiliser des modèles puissants sera inutile et parfois même déplaisant, puisque les quantités excessives de nicotine produites par ces appareils pourront provoquer des maux de gorge et autres irritations.

Comme nous l’avons vu, les cigarettes électroniques présentent donc des avantages bien réels par rapport à leurs contreparties traditionnelles. Si elles sont utilisées à bon escient, elles pourront constituer une arme supplémentaire dans l’arsenal thérapeutique de ceux qui cherchent à faire refluer le tabagisme. Comprendre le rapport que chacun peut avoir à ces types de dépendances, sélectionner la manière de les contenir et de les faire reculer est une partie importante de ce projet, loin de tout dogmatisme moralisateur qui voudrait que seule une rupture complète et totale pourrait sauver les fumeurs qui cherchent à changer de vie. Dans cette dynamique, les cigarettes électroniques peuvent constituer un allié précieux, à condition de choisir les modèles adéquats.